Actualités crédit immobilier

 

Les taux des crédits immobiliers dynamisent encore le marché en Île-de-France

Le 24/01/2018 par admin

 

Le marché de l’Île-de-France est un bon baromètre pour le marché immobilier. Il donne souvent les grandes lignes du marché à savoir la reprise, l’essoufflement. Pour l’année 2017, l’Observatoire du logement neuf des ADIL d’Île-de-France constate une hausse des ventes, des mises en vente et des prix sur un an associés à une véritable chute des taux de crédit immobilier en Île-de-France. Avec toutefois quelques disparités. Cependant, une légère rechute est à prévoir en 2018.

Ventes immobilières : des niveaux historiques atteints en Île-de-France

Selon les notaires franciliens, le marché immobilier de la région Île-de-France se porte à merveille. Les ventes progressent sensiblement et des records historiques d’activité sont atteints dans plusieurs départements. Cette demande est surtout soutenue par des taux de crédits immobiliers adorables. En fait, en Île-de-France, on assiste à une véritable chute des taux. Ils sont passés de 1,60 % à 1,40% entre juillet en août.

Par rapport à la même période en 2016, au second trimestre, les ventes des logements anciens ont progressé de 20 %. Elles sont, même en hausse de 35 % par rapport à un 2e trimestre moyen de ces 10 dernières années et  de 13 %, par rapport à l’excellent niveau des années 1999-2007. Par ailleurs, tous les départements, sauf Paris, enregistrent des records de ventes de logements anciens pour un 2e trimestre depuis plus de 20 ans : les ventes d’appartements ont augmenté de 19 % en un an et celui des maisons de 23 %. « Les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis affichent même des records historiques de ventes sur 3 mois tous trimestres confondus », précisent les notaires franciliens.

Au 3e trimestre, l’activité immobilière francilienne est restée très soutenue, dans la continuité du 2e trimestre. Avec 53 780 ventes de logements anciens de juin à août 2017, les ventes ont progressé de 18 % par rapport à la même période en 2016, au même rythme pour les appartements (+ 18 %) et les maisons (+ 19 %). De juin à août 2017, le nombre des ventes dépasse de 13 % les résultats de la période 1999-2007 et de 33 % la moyenne de ces 10 dernières années.

Les notaires de Paris-Île-de-France ajoutent que « le marché du neuf est, quant à lui, encore un peu plus actif (+26 % en un an), dynamisé par les mesures fiscales (dispositif Pinel) et financières (PTZ). »

La croissance des ventes engendre une augmentation des prix des biens

Au 2e trimestre 2017, les prix des appartements ont augmenté de 4,9 % sur un an en Île-de-France, mais « les écarts continuent de se creuser entre les zones les plus chères et les moins chères de la Région ». On peut remarquer que les variations s’atténuent à mesure que l’on s’éloigne de Paris, où les prix ont augmenté de 7,4 % en un an, selon les chiffres des notaires.

La hausse des prix est importante dans l’ensemble de la Petite Couronne, que ce soit dans les Hauts-de-Seine (+4,4 %), le Val-de-Marne (+3,7 %) ou en Seine-Saint-Denis (+3,3 %). En revanche, elle est limitée à 2 % pour les appartements de Grande Couronne

De son côté, la capacité de financement des ménages est restée stable, grâce à la faible hausse des taux des crédits immobiliers.

Conditions encore favorables pour l’année 2018

Les professionnels du secteur de l’immobilier, prévoient que les conditions de crédit pour le début 2018 restent très favorables. La demande en hausse, maintiendra les prix à un niveau élevé en Île-de-France. Pourtant, les taux de crédit immobilier sont toujours à un niveau bas et rien ne permet d’envisager un  retour de bâton brutal, ce qui encourage les investisseurs à emprunter.

 

 

 

 

Back to Top