Actualités crédit immobilier

 

Souscrire une assurance perte d’emploi pour votre prêt immobilier

Le 15/05/2018 par admin

 

La souscription d’un prêt immobilier doit être toujours associée d’une assurance emprunteur qui garantira le remboursement du crédit en cas de défaillance de la part du client de la banque. Or, tandis que  l’assurance décès-invalidité est obligatoire pour un prêt immobilier, l’assurance perte d’emploi ne l’est pas, On paie cette assurance souvent très chère et, en plus, elle est truffée de clauses limitatives. Cependant, et suite à une période d’incertitude économique, il vaut mieux s’assurer contre la perte d’emploi, car on ne sait jamais ce qui peut se passer au cours des années.

Souscrire une assurance perte d’emploi pour votre prêt immobilier

Pourquoi une assurance perte d’emploi ?

Assurer c’est garantir contre une défaillance involontaire. Et un état de chômage involontaire doit être couvert par une assurance dans le cas où vous avez devoir de cumuler cette situation avec un prêt immobilier en cours.  Voilà pourquoi l’assurance perte d’emploi existe, pour vous garantir le remboursement de votre prêt immobilier sur une durée déterminée même en période de chômage. Autrement dit, une protection pour vous mais aussi votre famille qui pourra vous évitez de vrais désagréments.

La période d’incertitude économique a incité les banques et les organismes de crédit à proposer cette nouvelle garantie d’assurance perte d’emploi. Pour un salarié du privé, elle pourra se révéler salvatrice le jour où vous serez touché par une période de chômage inattendue. L’assurance perte d’emploi se substituera alors à vos indemnités pour le remboursement de vos mensualités dans le cadre de votre prêt immobilier.

La sévérité des conditions de souscription à l’option «perte d’emploi» d’une offre de prêt et les nombreuses mesures qui en restreignent la mise en œuvre expliquent pourquoi bon nombre d’experts déconseillent d’y recourir. Cela ne veut pas dire qu’un contrat «perte d’emploi» soit inutile, mais, avant de souscrire, il faut bien en mesurer les limites.

Conditions d’accès restrictives

Aujourd’hui, le risque de se retrouver sans emploi a considérablement augmenté. Pour cette raison, les établissements d’assurances ont multiplié les barrières pour décourager les souscripteurs de prêts immobiliers. Seuls les salariés bien stables sont acceptés de bon cœur. Mais entre les franchises et les délais de carence prévus au contrat, l’assuré devra patienter des mois avant d’être pris en charge. Et une fois débloqués, les versements vont subir toutes sortes de limitations en termes de durée et de pourcentage d’indemnisation.

L’option «perte d’emploi» est particulièrement sélective. Pour souscrire, vous devez le plus souvent satisfaire à des conditions restrictives. Afin de pouvoir souscrire cette assurance, il faut que vous soyez un employé en CDI chez le même employeur depuis au moins douze mois hors période d’essai (six mois suffisent parfois) et n’avoir pas dépassé un certain âge (50, 55 ou 60 ans).

Tous les types de perte d’emploi ne sont pas assurés. La garantie ne s’applique que dans le cas d’un licenciement pour lequel Pôle emploi verse des allocations. Autrement dit, ni le chômage partiel, ni les démissions, ni les ruptures conventionnelles (encore moins les renvois pour faute lourde) ne sont couverts.

En addition, la garantie ne s’appliquera pas dès que vous avez signé votre contrat. Elle ne joue qu’à l’issue de deux périodes clés, la carence et la franchise, qui peuvent l’une et l’autre retarder considérablement la date de mise en œuvre de l’indemnisation. Ce sont généralement entre neuf et vingt-quatre mois qui vont s’écouler sans que vous ayez droit à quelque garantie que ce soit, alors que vous continuez de cotiser.

L’assurance perte d’emploi est donc un vrai plus pour vous assurer le remboursement de votre prêt immobilier en cas de circonstances inattendues comme l’est le chômage. Soyez cependant vigilant auprès de votre assureur quant à ses conditions d’applications.

 

 

 

 

 

 

Back to Top