Actualités crédit immobilier

 

Renégocier son prêt immobilier pour faire des économies

Le 07/02/2018 par admin

 

Malgré que les taux immobilier restent encore très bas, de nombreux emprunteurs pensent à renégocier leurs prêts immobiliers. La principale cause étant la diminution du pouvoir d’achat des ménages. Cette baisse est due à une augmentation des prix des logements. En fait, Sur ces 6 derniers mois, le pouvoir d’achat immobilier a reculé dans 10 des 11 plus grandes villes de France. De nombreux professionnels estiment que les prix vont augmenter de l’ordre de 2 à 3 % en 2018 en moyenne dans les grandes agglomérations.

Renégocier son prêt immobilier pour faire des économies

La baisse des taux ne compense pas la hausse des prix

La baisse des taux de crédits se poursuit cette année avec un meilleur taux  de 1.05% sur 15 ans. Les prévisions estiment que cette baisse ne va pas continuer pendant toute l’année. Et une éventuelle hausse progressive prendra place.  Les plus touchés par cette hausse seront les primo-accédants et les ménages modestes. La seule raison de cette évolution à la hausse, est la progression qu’ont connu les prix de l’immobilier en 2017. Cette hausse est également inégalement répartie selon les régions.

En effet, De nombreux professionnels estiment que les prix vont augmenter de l’ordre de 2 à 3 % en 2018 en moyenne dans les grandes agglomérations (hormis Paris et Bordeaux dont les valeurs devraient progresser davantage).

Selon une étude réalisée par Empruntis, actuellement à mètre carré équivalent, il faut débourser :

-1,5 fois plus à Nice qu’à Lille pour devenir propriétaire ;
-Il faut dépenser 3,4 fois plus à Paris qu’à Lille pour acquérir un bien de même surface ;
-Pour un 60 m2 à Lyon, les acquéreurs peuvent obtenir un 90 m2 à Marseille ;
-Pour un 75 m2 à Bordeaux, les Français obtiennent un 110 m2 à Lille ;
-Pour un 30 m2 à Paris, les acheteurs peuvent s’offrir un 110 m2 à Marseille

L’augmentation progressive des prix de l’immobilier, freine le pouvoir d’achat des ménages. Donc, afin de compenser la baisse de leur pouvoir d’achat, certains ménages pensent renégocier leurs prêts immobiliers, et effectuer des économies conséquentes.

Des réformes conséquentes

En ce qui concerne le plan logement, les nouvelles réformes seront avantageuses pour l’immobilier, comme affirme l’économiste Olivier Eluère, « les mesures-chocs adoptées (libération du foncier public et privé, simplification des normes et lutte contre les recours abusifs) permettront à terme une hausse de l’offre et une baisse des coûts, donc a priori une baisse des prix du logement neuf ». Donc les emprunteurs seront encouragés à contracter leurs prêts immobiliers, à des taux bas et aux meilleures conditions.

Les réformes concernant les aides d’accès au logement, tel que : le recentrage du prêt à taux zéro qui sera reconduit de manière plus ciblée, selon les zones, la suppression des APL accession dans le neuf et du dispositif  d’investissement locatif Pinel qui sera recentré sur les zones les plus tendues, vont aussi ralentir le dynamisme du marché immobilier, en diminuant le pouvoir d’achat des particuliers.

Olivier Eluère, affirme aussi que le nombre de transactions va diminuer dans le neuf que dans l’ancien, respectivement par 5 et 6%. La diminution dans le neuf serait également suite au recentrage du  dispositif Pinel.

Tant que les taux immobiliers sont encore bas et avantageux, et que les conditions du prêt sont encore très favorables. Pour ceux ayant un prêt immobilier en cours, il est peut être le bon moment pour renégocier leur prêt, au but de réaliser d’éventuelles économies. En ce qui concerne ceux qui pensent accéder à la propriété, il est le moment adéquat avant le bouleversement des conditions, pour octroyer un prêt immobilier, et acquérir sa résidence principale.

 

 

 

 

Back to Top