Actualités crédit immobilier

 

Profil type des souscripteurs de crédit immobilier en 2019

Le 20/09/2019 par admin

 

Le marché immobilier est en très forte concurrence. Les banques proposent des offres attractives et des taux immobiliers historiquement bas. Les conditions d’octroi de crédit immobilier sont actuellement très assouplies et les établissements prêteurs sont moins exigeants. Cette politique avantageuse est liée à celle appliquée par la Banque Centrale Européenne qui garde ses taux directeurs au plus bas. Tous les profils d’emprunteurs profitent de ces conditions. Même les plus modestes et les primo-accédants peuvent accéder à la propriété. Un professionnel vient de tracer le portrait du souscripteur de crédit immobilier en 2019.

Profil type des souscripteurs de crédit immobilier en 2019

Typologie des souscripteurs de crédits en 2019

Selon l’étude menée par un courtier immobilier, le portrait type d’un souscripteur de crédit immobilier en 2019 est un cadre non-fumeur âgé de 39 ans en moyenne.

L’étude révèle également que le coût moyen d’un emprunt immobilier accordé depuis le début de 2019 tourne autour 304 000 euros. Les crédits longs font un retour massif chez tous les profils d’emprunteurs et la durée du remboursement moyenne s’établie à 20 ans.

Il existe certainement des disparités selon la zone de résidence du souscripteur du crédit qui détermine le niveau des revenus.

Le profil type de l’emprunteur fait soulever de nombreuses questions concernant les éléments clés qui servent à déterminer le profil standard de l’emprunteur chez les établissements prêteurs.

En effet, sur le plan théorique, et vue la concurrence rude entre les établissements bancaires et la suppression de la domiciliation des revenus sur 10 ans, les souscripteurs de crédits immobiliers doivent bénéficier d’un certain niveau de négociation. Or, en pratique, les établissements bancaires et les assureurs exigent parfois la présence de certains critères d’octroi qui mènent à l’exclusion de certains profils d’emprunteurs.

De nombreux Français se retrouvent exclus du marché

Actuellement et grâce à une concurrence acharnée menée par les établissements prêteurs, les ménages modestes et les primo-accédants se trouvent plus accueillis par les banques. Ils ont plus de chance qu’auparavant de devenir propriétaires de leur première résidence principale.

Cependant, les banques prêteuses se montrent toujours plus strictes lors de l’étude du dossier de crédit immobilier de l’emprunteur. Elles sont en fait exigeantes concernant certains critères. En effet, l’emprunteur doit se présenter avec une situation professionnelle stable, une assurance et des revenus importants. En addition, les banques préfèrent octroyer des prêts aux profils jeunes en bonne santé.

Avec de telles exigences strictes, de nombreux potentiels accédants à la propriété se retrouvent exclus du marché. Par exemple, les Français qui travaillent en CDD, les travailleurs indépendants, les bénéficiaires de pension d’invalidité, etc… toute personne qui ne travaille pas en CDI fait face à un refus de la demande de prêt.

En addition, les seniors et les personnes souffrant d’une maladie grave ou chronique trouvent une grande difficulté à décrocher un crédit.

Les retraités sont retenus par la nouvelle taxation de la garantie décès (9%) qui a fait augmenter le coût de la prime d’assurance de telle façon que le taux final du crédit immobilier dépasse celui de l’usure, ce qui rend l’opération impossible.

 

 

 

 

Back to Top