Actualités crédit immobilier

 

Prêt immobilier : le revenu minimum exigé est sous la barre des 5 000 euros

Le 26/04/2019 par admin

 

Au début de l’année 2019, de nombreux ménages Français ont posé des demandes de prêts immobiliers pour financer un projet d’achat. La hausse des demandes de crédits a atteint 20% par rapport à celle enregistré en janvier 2018.  Cependant, la hausse des prix pénalise le pouvoir d’achat des ménages ce qui peut résulter en une baisse de la demande. Pour supporter cette baisse du pouvoir d’achat, le revenu minimum exigé pour pouvoir décrocher un crédit a enregistrée une baisse sur l’ensemble du territoire à l’exception de la capitale.

Prêt immobilier : le revenu minimum exigé est sous la barre des 5 000 euros

Hausse des demandes su les prêts immobiliers

Alors que la FBF (Fédération bancaire française) affirme une baisse de la demande des crédits, les courtiers immobiliers confirment que le volume des demandes des prêts immobiliers a enregistré une hausse considérable pour atteindre le même niveau enregistré en 2017.

Investir dans la pierre que ce soit pour l’achat d’une résidence principale ou pour mettre le bien en location, reste toujours une priorité pour la majorité des Français. C’est l’emplacement qu’ils considèrent le plus sûr et le plus rentable.

Le premier mois de cette année a enregistré une bonne activité, ce qui laisse prévoir une année dynamique concernant le marché immobilier. En effet, si les taux immobiliers se maintiennent aussi bas, le premier semestre 2019 devrait enregistrer des chiffres record.

En addition au taux très attractifs, les banques prêteuses se montrent prêtes à offrir des conditions d’octroi assouplies pour soutenir la capacité d’emprunt des ménages. Selon un expert du secteur,

« C’est la première fois depuis cinq ans que les prêteurs exigent un revenu moyen inférieur à 5 000 euros pour accorder un capital d’un peu plus de 215 000 euros ».

Alors qu’en 2016, le revenu minimum exigé à un emprunteur à profil standard été de 5 500 euros, ce chiffre a baissé à 4 376 euros cette année.

L’apport personnel largement soutenu par les ascendants

A Paris, la situation est tout à fait différente. En effet, pour pouvoir décrocher un capital équivalent à celui dans les autres régions du territoire et au lieu d’un revenu minimum de 4 376 euros, un emprunteur parisien doit présenter 8 259 euros de revenu mensuel contre 5 800 euros à Lyon, malgré que cette dernière est considérée parmi les villes les plus chères.

En addition aux revenus mensuels, les banques prêteuses exigent un apport personnel plus ou moins important. Puisque l’âge moyen des emprunteurs est en baisse, ces derniers se retrouvent obligés de solliciter leurs parents et leurs grands-parents. La contribution de ces derniers varie entre 20 000 euros et 50 000 euros.

L’apport personnel est un paramètre important dans le dossier de crédit. Plus l’apport est important, plus l’emprunteur sera capable de négocier un meilleur taux de prêt immobilier.

 

 

 

 

Back to Top