Actualités crédit immobilier

 

Les taux immobiliers étaient stables au mois de mai

Le 25/06/2018 par admin

 

Les taux immobiliers baissent en mai 2018. Afin d’attirer le plus de clients, les banques rusent en instaurant des taux bas du fait qu’elles sont en retard sur leurs objectifs ! Les taux ressentent quelques baisses importantes. Donc, Si vous souhaitez acquérir un bien immobilier, c’est le moment ! Ceci devrait intéresser et primo-accédant et investisseurs. En effet, les experts estiment qu’en dix (10) ans, la capacité d’emprunt des ménages français ne s’est jamais aussi bien portée.

Les taux immobiliers étaient stables au mois de mai

Les taux sont plus bas que celles du mois de mai 2017

Toujours tirés vers le bas grâce à la politique de soutien menée par la BCE et à la concurrence très vive entre les banques, les taux des crédits ne se sont pas envolés contrairement aux températures estivales qui s’installent.

Bien au contraire, en mai, ils restent toujours très stables et à des niveaux très faibles, selon les chiffres publiés par l’Observatoire Crédit Logement/CSA, qui fait référence sur le marché. Un effort a même été fait vers les ménages les plus modestes. Les acteurs du prêt immobilier n’anticipent aucune hausse avant l’été, certains parient même sur une tendance à la baisse.

Les taux moyens hors assurance s’affichent à :

  • 1,41% sur 15 ans,
  • 1,63% sur 20 ans,
  • 1,83% sur 25 ans.

Ces taux sont plus bas que ceux relevés à la même période de l’année dernière. En fait, pour le mois de mai 2017, on pouvait emprunter à :

  • 1,45% sur 15 ans,
  • 1,65% sur 20 ans,
  • 1,90% sur 25 ans.

Ils sont encore plus bas que les taux affichés en mai 2016 :

  • 1,67% sur 15 ans,
  • 1,87% sur 20 ans,
  • 2,16% sur 25 ans.

Les prix de l’immobilier sont en constante hausse

Alors que les taux immobiliers continuent leur baisse historique et supportent le pouvoir d’achat des ménages modestes et des primo-accédants, les prix de l’immobilier est en hausse surtout dans les grands villes. Ce qui fait diminuer la surface finançable de quelques m². Les villes qui connaissent une hausse des prix remarquable sont : Le Mans, Nantes, Bordeaux, Nice, Reims, et Lyon.

Selon le baromètre LPI-SeLoger, à la fin du mois d’avril, le prix moyen du mètre carré dans l’ancien s’est établi à 3 540 euros/m². Ce qui est équivalent à une hausse de +4,3% en un an.

Paris sera toujours Paris ! Une vague de douceur en immobilier mais avec des prix qui continuent à progresser, à Paris,  pour atteindre 9 300 euros au m², soit une hausse de près de 9 % en seulement un an.

Pour autant, les acheteurs ne rechignent pas à franchir le pas, car les conditions de prêts immobiliers sont toujours attractives.

Il s’avère donc très avantageux de faire jouer la concurrence entre les différents établissements bancaires en faisant recours aux services d’un courtier immobilier qui vous aidera à comparer les offres et à en souscrire la plus adaptée pour vous.

Intérêt à la renégociation du crédit

Grâce à la baisse des taux immobiliers, ceux qui ont souscrits un crédit dans la période des taux élevés, peuvent bénéficier d’une renégociation du prêt pour faire baisser le coût de leur crédit.

Les demandes des rachats de crédits a progressé de 15%. Un professionnel du secteur affirme que

‘’ L’effet taux bas perdurant, les demandes de renégociation de crédits affluent de nouveau avec une nouvelle génération de crédits concernée’’

Des économies très importantes peuvent être réalisées grâce à une renégociation ou un rachat de crédit.

Les conditions du prêt sont encore favorables à la concrétisation d’un projet d’achat. Les taux immobiliers sont en vue d’augmenter vers la fin de l’année.

 

 

 

 

Back to Top