Actualités crédit immobilier

 

Les seniors peuvent réduire le coût de leur assurance de prêt immobilier

Le 12/10/2018 par admin

 

La proportion des souscripteurs de prêts immobiliers qui ont plus de 60 ans est actuellement estimée à 4% du nombre total des emprunteurs. Cette proportion ne cesse d’augmenter avec un rythme lent mais constant. Pour les banques, ce sont des clients parfaits grâce à l’allongement de leur espérance de vie, l’absence de risque de chômage et une épargne confortable constituée dans le temps. Les seniors peuvent obtenir des taux d’emprunts inférieurs à 1% pour des crédits courts (7 à 10 ans). Sauf qu’ils se heurtent à un problème : l’assurance emprunteur.

Les seniors peuvent réduire le coût de leur assurance de prêt immobilier

Choisir une bonne couverture

Les seniors qui se rapprochent de la retraite souhaitent emprunter en vue d’acquérir un bien immobilier en résidence principale ou secondaire. Il est vrai  que ce sont des emprunteurs privilégiés par les établissements de financement, mais ils rencontrent un obstacle lors de la souscription du prêt immobilier : c’est l’assurance emprunteur imposée par tous les banques prêteuses.

D’un point de vue juridique, il n’y a aucune limite en fonction de votre âge : vous pouvez emprunter pour financer un achat immobilier à 60 ou 80 ans. Cependant, plus l’emprunteur vieillit, plus les risques que prend la banque sont importants. Pour cette raison, la majorité des banques proposent des assurances à un âge limite de 70 ans.

Donc, si une personne de 65 ans souhaite souscrire un crédit sur 15 ans, sa demande sera automatiquement refusée si la banque ne peut s’assurer de la couverture du remboursement jusqu’au terme du prêt (80 ans). Dans ce cas, certaines banques conseillent leurs clients de souscrire un autre contrat d’assurance (additionnel) pour pouvoir couvrir la totalité de la durée du prêt.

Or, vue l’importance de ce type de clientèle en plein essor, les établissements bancaires ainsi que les organismes d’assurance proposent des contrats d’assurances pour les seniors. Dans ces contrats, le risque de décès est couvert jusqu’à un âge plus avancé. C’est-à-dire il n’est plus impossible de trouver des contrats d’assurance de prêt qui vont jusqu’à 80, voire même 90 ans pour certains établissements.

Déléguer son assurance pour diminuer le coût

Depuis la loi Hamon (2014), tout détenteur de prêt immobilier peut changer son contrat d’assurance dans les 12 premiers mois qui suivent la suscription du prêt.

Ensuite, le 12 janvier 2018, la loi Bourquin est entrée en vigueur comme une étendue à la loi Hamon. Elle permet en effet à tout emprunteur de résilier son contrat d’assurance chaque année à la date d’anniversaire du contrat.

Cette mise à la concurrence permet aux emprunteurs de bénéficier de contrats moins chers et plus adaptés à leurs situations.

En ce qui concerne l’assurance emprunteur, on sait que les banques deviennent frileuses quand il s’agit de prêter à un sénior.

En addition, les contrats groupe des banques éliminent les plus de 65 ans alors que la durée d’emprunt tend à être de plus en plus longue.

Les contrats d’assurance individuels permettent donc aux seniors de bénéficier d’une couverture plus étendue jusqu’à l’âge de 85 ans, voire parfois 90 ans à un prix moins cher.

La résiliation d’assurance n’est acceptée que sous condition d’équivalence des garanties. C’est-à-dire que les garanties du nouveau contrat doivent être au moins équivalentes à ceux du contrat à résilier, cette opération doit se faire tout en respectant un préavis de deux mois.

Enfin, dans le cas où un senior se verrait refuser une assurance groupe ou une assurance individuelle, il dispose encore de deux issues : hypothéquer un bien dont il est déjà propriétaire ou recourir à la convention AERAS (s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé)… sous réserve d’avoir moins de 70 ans à la fin du remboursement du prêt immobilier et d’emprunter moins de 320 000 €.

 

 

 

 

Back to Top