Actualités crédit immobilier

 

Les prix immobiliers vont-ils être influencés par la baisse des taux immobiliers ?

Le 12/09/2019 par admin

 

La fin du mois de juillet 2019 a été marquée par l’annonce de la BCE du maintien des taux directeurs à un niveau très bas. Les professionnels de l’immobilier prévoient que les taux immobiliers garderont donc leur tendance baissière sur une durée d’un an. Avec des taux aussi bas, les ménages les plus modestes seront capables d’accéder facilement au crédit immobilier. Alors qu’auparavant, ils avaient de grandes difficultés à trouver un financement adapté pour leurs projets d’accès à la propriété.

Les prix immobiliers vont-ils être influencés par la baisse des taux immobiliers ?

Les experts du crédit anticipent des taux inférieurs à 1%

Un professionnel du secteur immobilier table sur une forte baisse des taux immobiliers d’ici vers a fin de l’année. Il affirme que,

« Les taux de crédit immobilier descendront en dessous de 1 % pour toutes les durées, et les conditions d’octroi vont s’assouplir pour les profils les moins avantagés, dont les ménages aux faibles revenus. »

C’est une très bonne nouvelle pour les ménages modestes et les primo-accédants qui n’ont pas les moyens financiers suffisants pour faire l’achat de leur résidence principale. Ces potentiels accédants à la propriété ont donc plus de chances de trouver un financement adapté pour devenir propriétaires.

Cet expert souhaite cependant que cette baisse miraculeuse des taux de crédits n’ait pas des effets néfastes sur le dynamisme du marché immobilier surtout dans les régions qui enregistrent un fort déséquilibre entre l’offre et la demande.

Les statistiques des experts ont montré que,

« Les prix dans les grandes agglomérations en province ont enregistré une progression plus marquée que ceux de la capitale. »

En effet, la hausse des prix a dépassé +6% à Lyon, Toulouse et Nantes contre seulement +0.2% à a capitale.

Alors que l’accès au crédit immobilier devient de plus en plus facile, la hausse des prix des logements dans les zones tendues risque de pénaliser les potentiels acheteurs dans le futur.

Un grand risque de tension immobilière

En se référant aux  chiffres publiés pour le  premier semestre 2019, la hausse des prix est plus ou moyen modérée par rapport à celle enregistrée en 2018. Les statistiques montrent cependant une différence entre les prix enregistrés dans les plus grandes agglomérations.

Il y a un grand risque de tension immobilière dans les grandes villes comme Lyon, Nantes, Rennes et Strasbourg si les taux immobiliers ne cessent de baisser.

L’évolution des prix immobiliers est encore non prédictible dans les villes qui enregistrent une faible demande comme Perpignan, Nîmes, Le Mans, Mulhouse, Brest, etc.. il faut en effet attendre quelques mois pour pouvoir bien évaluer la tendance des prix dans ces zones.

 

 

 

 

Back to Top