Actualités crédit immobilier

 

Les prêts immobiliers longs sont plus coûteux

Le 19/06/2018 par admin

 

Afin de réduiser les mensualités des prêts immobiliers et pour acquérir de nouveaux clients plus jeunes, les banques proposent de nouveau les crédits de longues durée, sur 25, 30 voire 35 ans. En fait, suite à l’envolée des prix de l’immobilier, le pouvoir d’achat des ménages les plus jeunes et les plus modestes a considérablement baissé, ce qui les a empêchés de concrétiser leurs projets d’achat immobiliers. Or, le retour des longs prêts leurs permet de souscrire des crédits à faible mensualité. Cependant, cette solution semble être plus chère.

Les prêts immobiliers longs sont plus coûteux

Un prêt immobilier plus cher

Entre recadrage du Prêt à taux zéro et arrêt des aides APL dans le neuf (APL accession), la situation se complique sensiblement pour bon nombre de candidats à l’accession à la propriété, surtout s’ils disposent d’un budget très serré. Pour convaincre les jeunes et/ou primo-accédants à emprunter, certains établissements bancaires et de prêt, bien qu’encore minoritaires, n’hésitent pas à proposer des crédits étalés sur une trentaine d’années. Ceci, a un effet sur le marché global : la durée moyenne des crédits a donc tendance à s’allonger, pour atteindre les 18,2 ans aujourd’hui.

Un emprunteur perdra 8,9% de capacité d’emprunt avec l’impact des nouveaux dispositifs et de la conjoncture. Concrètement, l’allongement de la durée des crédits a pour principal avantage pour les acheteurs de baisser les mensualités de remboursement et donc les charges mensuelles qui leur incombent. Cependant, cette solution est trop coûteuse. L’allongement de la durée du prêt fait, certes, exploser le montant des intérêts à verser (quasiment 5 fois plus quand on passe de 20 à 35 ans). Mais il permet aussi de gagner 20% de surface supplémentaire en général lorsque l’on passe de 20 à 30 ans. En plus, vous devez payer cinq années supplémentaires d’assurance de prêt, soit quelques milliers d’euros supplémentaires. Le calcul exact dépend du taux de votre assurance emprunteur et du montant emprunté.

Le prêt long est peu  avantageux en cas de revente rapide

Ce type de prêt immobilier peut être avantageux en cas de revente du bien après quelques années, ce qui permet de rembourser l’emprunt par anticipation et de ne pas avoir à supporter un taux d’intérêt pendant trop longtemps. De plus, une revente permet également de ne pas se contraindre sur une période trop imposante et d’envisager une nouvelle acquisition.

Cependant, en cas de revente rapide du bien, cette formule semble être peu avantageuse. En fait, puisque pendant les premières années l’emprunteur ne rembourse que des intérêts, donc quand il décide de revendre son bien, le montant du capital restant s’avère très important.

Par exemple, pour un emprunt sur 20 ans avec un financement de 200 000 euros, après 5 ans de remboursement, l’emprunteur ne tient qu’à rembourser 156 179 euros. Alors que, dans l même cas, pour un crédit sur 30 ans l’emprunteur doit encore s’acquitter de 175 464 euros.

Pour le même crédit, après une détention de 10 ans, la différence est encore plus marquée, les deux emprunteurs devant rembourser respectivement 108 478 euros et 147 940 euros.

Pour ce fait, avant de souscrire ce type de crédit, l’emprunteur doit bien évaluer sa capacité d’emprunt, pour ne pas tomber en défaillance au cours des années. Un prêt court est toujours plus favorable. Donc, il faut opter pour un crédit le plus court que possible. Les prêts immobiliers longs sont destinés aux ménages qui présentent un très faible niveau des ressources.

En somme, La durée d’un prêt permet de définir le montant des échéances du crédit, plus elle sera longue, moins les mensualités seront élevées et vice-versa, plus la durée se courte et plus la mensualité sera élevée. Donc l’emprunteur doit évaluer sa situation et pter pour le prêt immobilier qui lui est plus adapté.

 

 

 

 

Back to Top