Actualités crédit immobilier

 

Les ménages modestes ont profité d’emprunts immobiliers bon marché

Le 20/03/2019 par admin

 

En 2018, l’accession à la propriété via un emprunt immobilier a été très facilitée pour les ménages modestes. Ces derniers ont pu profiter des conditions assouplies offertes par les banques, qui ont mené une concurrence féroce pour capter plus de clients. Les établissements de financements ont proposé des taux historiquement bas et des crédits à durées allongées (20 à 25 ans). Tous les profils d’emprunteurs ont été ciblés.

Les ménages modestes ont profité d’emprunts immobiliers bon marché

Avec 4 375 euros par mois, il était possible de décrocher un crédit

Auparavant, il n’était possible de décrocher un emprunt immobilier qu’avec un minimum de revenus mensuels de 5 000 euros. Or, l’année dernière et pour atteindre leurs objectifs commerciaux, les établissements bancaires ont réduit ce seuil à une moyenne de 4 375 euros.

Grâce à cette mesure, de nombreux ménages à revenus modestes ont été capables de souscrire un crédit pour concrétiser leur projet d’achat immobilier. Ces emprunteurs ne disposant que de faibles revenus sont à un âge moyen de 36 ans.

La plupart (70%) de ces emprunteurs sont les jeunes primo-accédants, dont 23% ont moins de 30 ans, et 43% sont entre 30ans et 35 ans.

Selon un expert du secteur

« Les banques, en quête de nouveaux clients, ont accepté de leur octroyer des prêts. Grâce à ces efforts, elles ont pu rattraper le retard sur leurs objectifs commerciaux ».

En addition, les primo-accédants sont des profils favorables pour les établissements bancaires puisqu’ils sont encore au début de leur vie professionnelle et leurs revenus augmenteront au fil du temps.

De nombreux professionnels estiment que les banques garderont cette politique au cours de cette année 2019.

Les conditions d’octroi varient selon la région

L’année 2018 a enregistré un nouveau record au niveau des transactions immobilières. Le marché immobilier y été très dynamique et les ménages ont été encouragés par la faiblesse des taux d’emprunt immobilier et par les conditions d’octroi très avantageuses.

Cependant, ces conditions ont été variables de région à l’autre. En effet, elles dépendaient de la situation géographique du bien à acquérir.

Certaines villes ont enregistré une baisse des prix des logements. Par exemple a baisse a été estimée à – 4,6 % à Amiens et à -4,9 % à Villeneuve-d’Ascq. Cette baisse a bénéficié aux emprunteurs qui ont été capables d’acheter une surface plus grande à un coût faible.

Par contre, la situation est toute à fait différente à la capitale et sa banlieue. Les prix sont en forte hausse et le pouvoir d’achat des ménages est très faible. La surface achetable s’est diminuée, et les ménages ne peuvent pas s’offrir leurs biens de rêve. Ils ont donc dû acheter des surfaces moins importantes ou bien se diriger vers les zones rurales moins chères.

En somme, les conditions d’octroi d’emprunt immobilier sont toujours favorables pour faire face à la hausse des prix.

 

 

 

 

Back to Top