Actualités crédit immobilier

 

Les éléments à considérer pour renégocier son emprunt immobilier

Le 11/04/2018 par admin

 

Pour ceux qui ont souscris un emprunt immobilier il y a plusieurs années, la baisse actuelle des taux d’intérêts leurs sera très avantageuses pour en profiter d’une renégociation de prêt. Quoi de plus rageant que de rembourser un emprunt souscrit à 5% quand on voit s’afficher des taux à moins de 2%. Les économies à réaliser sont donc très conséquentes. Mais, il faut faire attention ! La renégociation n’est réussite que si certaines conditions sont établies.

Les éléments à considérer pour renégocier son emprunt immobilier

Quelles sont les meilleures conditions d’une renégociation ?

Reconsidérer son emprunt immobilier n’est pas toujours un processus rentable. Pour cette raison, plusieurs conditions doivent être remplies :

La durée restante de remboursement doit être importante :

La renégociation ou le regroupement de crédits, entraînent en outre une série de frais et débours qui risquent fort d’annuler l’intérêt financier de l’opération. Donc, de manière générale, il  faut que le gain financier de la renégociation soit supérieur aux frais engendrés, donc, une durée restante du prêt en cours doit être supérieure à la durée écoulée pour couvrir les frais liés à l’opération

Un capital restant dû :

Le capital restant à rembourser est un élément déterminant dans le processus de renégociation d’un prêt.  Les points de vue des spécialistes diffèrent toutefois en ce qui concerne la limite de ce montant. Pour certains, il ne doit pas être inférieur à 50.000 euros, d’autres experts pensent que la renégociation n’est plus rentable si le capital restant est inférieur à 70.000 euros.

En général, plus le capital restant dû est conséquent, plus le processus de renégociation de crédit réalisera des économies de point de vue financier.

La différence entre le taux d’origine et le taux actuel doit être d’au moins un point :

Pour que l’opération de renégociation soit jugée rentable, un écart minimum de 1 point entre le taux du crédit à renégocier et les taux actuels pratiqués sur le marché, doit être établi. Mais un écart de 0,70 point peut suffire pour les crédits récents, de plus de 300 000 € ou ayant des durées supérieures à 20 ans, d’où la nécessité d’étudier la pertinence de l’opération pour ne pas passer à côté d’une opportunité.

Si une renégociation est acceptée, la banque ajoutera simplement un avenant au contrat de l’emprunt immobilier.

Les avantages d’une renégociation d’emprunt immobilier :

La renégociation du crédit chez la banque prêteuse, n’oblige aucun paiement d’indemnités de remboursement anticipé, ni même de frais supplémentaires. Les seules dépenses auxquelles l’emprunteur est exposé sont les frais de dossier. Mais ceux-ci restent négociables avec la banque. En fait, le montant des frais que l’emprunteur est susceptible de payer est directement lié à son dossier.

Si l’emprunteur obtient l’approbation de sa banque pour renégocier le crédit, ce qui est en effet une grande victoire, il peut souvent profiter de son avantage pour négocier une réduction voire l’annulation des frais.

Selon certains experts et courtiers immobiliers, tout prêt placé à un taux d’intérêt supérieur à 3,5% représente une «perte de profit». Ils recommandent de renégocier, ou au moins de reconsidérer, car ces emprunteurs n’ont rien à perdre, mais tout peut être réalisé. Cependant, il est nécessaire de faire une évaluation qui se base sur  le montant total emprunté et le nombre de paiements mensuels déjà récupérés.

En addition, vue l’ouverture du marché de l’assurance d’emprunt, les banques et les établissements assureurs sont donc mis en concurrence. Ce qui avantageux pour les emprunteurs qui doivent considérer une renégociation de leurs assurance avec celle du prêt.

En conclusion, Le but de la renégociation est  de souscrire un nouveau emprunt immobilier à un taux inférieur afin réaliser de belles économies.

 

 

 

 

Back to Top