Actualités crédit immobilier

 

Les crédits immobiliers peu accessibles sans CDI

Le 09/08/2018 par admin

 

Les critères d’obtention d’un crédit immobilier auprès d’un établissement bancaire sont plus ou moins stricts quand ça revient au contrat du travail. En effet, le contrat à durée indéterminé (CDI) reste la norme pour l’accès au crédit. Les personnes en CDD, les entrepreneurs et les non-salariés trouvent une grande difficulté à souscrire un prêt immobilier. Le futur emprunteur devra alors trouver d’autres moyens de rassurer l’établissement de crédit s’il souhaite contracter un prêt.

Les crédits immobiliers peu accessibles sans CDI

Les entrepreneurs ont du mal à décrocher un crédit

Comme pour tous les projets d’emprunt, les banques étudient les demandes de crédits immobiliers en fonction de ce que nous appelons le risque. Moins le dossier représente de risque pour la banque et pour l’emprunteur, plus le dossier est susceptible d’être accepté.

Pour un chef d’entreprise qui souhaite emprunter pour une opération immobilière, le risque se situe au niveau de la pérennité de l’entreprise, puisque ce futur emprunteur n’est pas assuré de percevoir un salaire régulier s’il n’est pas salarié, et si son entreprise connait des difficultés.

C’est pour cette raison que les banques octroient très rarement des crédits aux non-salariés qui représentent 6% des emprunteurs.

En addition, pour constituer un dossier d’emprunt, un dirigeant de société doit présenter 3 bilans comptables. Sur ces 3 années, la banque va étudier un certain nombre d’éléments, comme le chiffre d’affaires, le résultat, la rémunération du chef d’entreprise et sa capacité d’autofinancement. L’entrepreneur emprunteur doit pouvoir prétendre à une évolution positive de ces éléments, et en complément, il peut être amené à établir un business plan pour les 2 prochaines années.

La banque s’appuie alors sur le revenu mensuel moyen touché sur la période. Sauf dans les cas de rentrées très irrégulières, où c’est généralement le revenu mensuel le plus faible qui est retenu.

Les emprunteurs en CDD présentent 10%

Si les taux de crédit restent à des niveaux très attractifs, emprunter sans CDI relève toujours du parcours du combattant. En 2018, seuls 1,7 % des emprunteurs immobiliers sont en CDD contre 87 % en CDI.

Les emprunteurs en CDD ont plus de difficulté à souscrire un crédit immobilier. En effet, un professionnel du secteur affirme que « qu’à peine plus de 10 % des emprunteurs sont en CDD, soit 1,7 sur 10 ».

Cette catégorie d’emprunteur tend à croire que s’ils empruntent à deux ceci augmentera leur chance à obtenir un crédit plus facilement. Cependant, seulement 0.6% des emprunteurs en CDD à deux ont été capables de décrocher un prêt. Un constat paradoxal, dans un contexte où la part des embauches en CDD a fortement augmenté, passant de 76 % en 1993 à 87 % en 2017, selon les derniers chiffres de la DARES (Direction de l’Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques).

Mais si on veut emprunter lorsqu’on est en CDD mieux vaut le faire à deux, avec un conjoint en CDI, afin de rassurer la banque sur la possibilité de pouvoir rembourser des mensualités durant plusieurs années.

Dans ce cas-là deux options se posent :

– Soit la banque prend en compte les revenus du CDD dans le calcul du taux d’endettement et de la capacité d’emprunt. Cela peut être le cas si ce n’est pas le premier CDD de l’emprunteur et qu’il est sur une durée longue.

– Soit la banque ne les prend pas en compte et seuls les revenus du CDI seront comptabilisés dans le calcul du taux d’endettement et de la mensualité. Cela réduit par conséquent la capacité d’emprunt ou implique d’accroitre la durée du crédit immobilier… Mais si plus tard le CDD débouche sur un CDI la mensualité pourra être augmentée et la durée du prêt réduite.

 

 

 

 

Back to Top