Actualités crédit immobilier

 

Une légère baisse des taux de crédits immobiliers

Le 18/04/2018 par admin

 

Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, les taux de crédits immobiliers ont subi une légère baisse en février 2018, pour retrouver leur niveau de février 2017. Donc, si vous pensez réaliser un projet d’achat immobilier, il est encore avantageux d’emprunter. En plus, à l’heure où on peut craindre une augmentation progressive des taux sur l’année 2018, c’est l’un des derniers moments pour profiter de ces taux d’intérêt exceptionnels pour revoir vos conditions actuelles de remboursement.

Une légère baisse des taux de crédits immobiliers

Pas de baisse de taux pour les prêts sur 15 ans

En ce début d’année 2018, les taux de prêt immobilier continuent d’être excellents. En février 2018, les taux des prêts immobiliers (hors assurance) se sont établis à 1,47 % en moyenne, selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA :

Pour l’accession à la propriété, les taux se sont établis à 1.48 % dans le neuf et à 1.49% pour l’accession dans l’ancien. Donc, depuis août 2017, les taux diminuent doucement, de l’ordre de 2 points de base chaque mois. Cela porte la baisse à 9 points de base sur les 5 derniers mois. Et ils ont maintenant retrouvé leur niveau de février 2017.

‘‘Cette baisse est rendue possible par des conditions de financement et de refinancement de la production de crédits toujours excellentes. Elle s’appuie en outre sur une concurrence par les taux toujours très vive entre les établissements de crédit’’, analyse l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

Cependant, cette baisse n’a pas bénéficié aux crédits à taux fixes à 15 ans. Alors que, les taux sur les prêts à 20 ans et à 25 ans, ont fléchi de façon comparable.

Une baisse de la demande

Selon la même étude, le nombre de prêts bancaires accordés sur les trois premiers mois de l’année affiche un recul de 16,9% par rapport à la même période de 2017, tandis qu’en volume, la production de crédits a connu une baisse de 9,9%.

L’Observatoire Crédit Logement/CSA note dans sa présentation trimestrielle que « les évolutions constatées depuis le début de l’année 2018 confirment la tendance baissière du marché, d’autant que la suppression des aides personnelles à l’accession accentue l’affaiblissement de la demande des ménages modestes ».

Alors que les conditions de financement restent exceptionnelles, la baisse des taux de crédits immobiliers ne compensent pas à la hausse des prix de l’immobilier.

‘‘La dégradation de la solvabilité due à la hausse des prix constatée depuis 6 mois a été 4 fois plus forte que ce que la seule baisse des taux aurait pu absorber’’, constate l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

Augmentation de l’apport personnel

En ce début de l’année, l’apport personnel des ménages a progressé de +2.5%  par rapport à l’année dernière. En fait, cette hausse s’explique par le fait que les prix de l’immobilier qui ont augmenté d’une manière significative dans le neuf et l’ancien, ont conduit à l’exclusion des ménages les plus modestes qui ne disposaient pas d’un apport personnel assez important pour accéder à la propriété. Donc, il ne restait sur le marché que les emprunteurs disposant d’un apport personnel conséquent, pour bénéficier des taux de crédits immobiliers bas.

Allongement de la durée des crédits

Toujours en février 2018, la durée des prêts s’est établie à 218 mois en moyenne (225 mois pour l’accession dans le neuf et 233 mois pour l’accession dans l’ancien). Depuis début 2014, ces durées se sont accrues de 14 mois.

Grâce à cet allongement de la durée des prêts et à la baisse des taux de crédits immobiliers, l’observatoire affirme que ‘‘les conditions de crédit actuelles facilitent toujours la réalisation des projets immobiliers des ménages, en dépit de la hausse des prix de l’immobilier constatée depuis 2015’’

Pour conclure, la baisse actuelle des taux de crédits immobiliers ne peut pas se poursuivre à un infini. L’Observatoire prévoit que « les taux des crédits immobiliers ne devraient progresser que modérément en 2018 et terminer l’année entre 1,65% et 1,70% au maximum ».

 

 

 

 

Back to Top