Actualités crédit immobilier

 

L’effet de la baisse des taux de crédit immobilier sur l’évolution des prix

Le 15/01/2018 par admin

 

Éventuellement, la baisse des taux des crédits immobiliers engendre une augmentation des prix de l’immobilier. En fait, les taux bas favorisent l’accroissement de la demande de crédit, et par la suite, une hausse des prix de l’immobilier. Ce phénomène se reproduit depuis les trois dernières années.

Les crédits immobiliers sont beaucoup plus faciles

Le marché de l’immobilier en France reste très dynamique. Plusieurs éléments intéressants sont présents sur le marché de l’immobilier pour donner à un emprunteur l’envie de passer à l’action.

En fait, on assiste à une hausse des transactions record, particulièrement dans grandes agglomérations. Cet emballement du marché se retrouve également dans le montant des transactions. Cette hausse des prix de l’immobilier et des ventes en France s’explique par la facilité par laquelle les ménages français ont pu obtenir un crédit immobilier.

Plus globalement, la hausse constante de l’activité immobilière montre que le marché « a acquis une fluidité affirmée en matière de volumes », se réjouissent les notaires. Bien évidemment, le niveau bas des taux de crédits immobiliers ces trois dernières années est en grand partie responsable de la bonne tenue du marché, il a permis aux ménages d’accroitre leur capacité d’emprunt et d’accéder plus facilement au crédit.

Cette opportunité de facilité d’acquérir un bien immobilier a permis l’essor du marché immobilier dans le neuf comme dans l’ancien y compris dans les zones dites « tendues » où la demande de logement est très importante par rapport à l’offre.

Ainsi, la croissance de la solvabilité des ménages, les a permis d’augmenter leur capacité d’emprunt. Selon l’indicateur du Groupe Edmond de Rothschild, la solvabilité des ménages continuerait à croître les prochains trimestres, les salaires progressant plus rapidement que l’inflation. Selon les prévisions du Groupe, le revenu disponible réel devrait accélérer en 2018 à 1,6 % après 1,4 % en 2017

Les banques travaillent de leurs côtés pour que les taux de 2018 restent accessibles aux ménages.

La hausse des prix et des ventes ne s’arrêtera pas dans les années à venir

La hausse des prix immobilier en 2017 a évolué de +3%, ce pourcentage ne risque pas de changer en 2018.

En effet, Selon une note du groupe Edmond de Rothschild, les prix de l’immobilier résidentiel devraient continuer à croître l’année prochaine : « soutenus par une stabilisation de la solvabilité des ménages et une prime de risque d’un investissement immobilier historiquement élevée ».

Ainsi, Pour Mathilde Lemoine, chef économiste du groupe Edmond de Rothschild, « après une hausse moyenne des prix des logements de 3 % en 2017, ils pourraient encore croître de 3 % en 2018 ».

En plus de la baisse des taux de crédit immobilier qui encourage les ménages à souscrire des prêts, un autre facteur contribue au maintien de la hausse des prix, c’est La  prime de risque de l’immobilier résidentiel. En d’autres termes, son rendement comparé à celui des emprunts d’Etat, devrait rester élevée en 2018. Cette prime de risque a déjà fortement augmenté pour atteindre son plus haut niveau depuis 1999. Cette forte rentabilité, comparée à celle d’autres placements, continuera à attirer les investisseurs.

Les nouvelles réformes fiscales, bien évidemment : le changement du dispositif Pinel, la création de l’IFI (impôt sur la fortune), le recentrage du PTZ (qui a été reconduit pour 4 ans). Ne changeront pas la tendance haussière des prix de l’immobilier.

Des prix toujours plus haut, des délais de vente toujours plus courts et des transactions toujours plus nombreuses semblent donc être les effets de la poursuite des taux de crédit immobilier bas et de leur très lente remontée.

 

 

 

 

Back to Top