Actualités crédit immobilier

 

Le prêt à taux zéro prolongé pour sauver le marché des maisons individuelles

Le 19/08/2019 par admin

 

En 2018, le prêt à taux zéro et plusieurs d’autres aides publique ont été considérablement réduits. Le recentrage du PTZ a eu un effet direct sur le marché de la construction des maisons individuelles. Ce marché a enregistré une baisse de 11% alors que le volume des ventes a passé de 135 000 en 2017 à seulement 120 000 en 2018. Avec cette tendance, les emplois dans ce secteur sont menacés. C’est pour cette raison que les professionnels de la construction demandent de maintenir le PTZ au-delà du 31 décembre 2019.

Le prêt à taux zéro prolongé pour sauver le marché des maisons individuelles

Les ventes des maisons individuelles directement touchées par le recentrage du PTZ

Depuis le début de l’année 2018, les aides publiques d’accession à la propriété ont subi des changements. L’APL accession a été totalement supprimé tandis que le prêt à taux zéro a été recentré selon les zones d’acquisitions.

En effet, le PTZ conserve les mêmes critères d’accession dans les zones les plus tendues (A, A bis et B1 ; caractérisé par une forte demande et faible offre), mais il est limité dans les zones rurales (B2 et C).

Ce recentrage du PTZ a eu un effet nocif sur les ventes des maisons individuelles. En effet ces dernières ont enregistré une chute de 10% à  12% sur toute l’année 2018.

Cette tendance doit se poursuivre au cours de cette année avec une baisse totale de 10% du nombre des ventes des maisons individuelles. En effet, jusqu’au mois d’avril 2018, les constructeurs ont confirmé une baisse de 7% des ventes (maisons et lotissements).

Pour mettre en évidence l’effet du recentrage du PTZ sur les acteurs du secteur de la construction, le président de la Fédération a précisé qu’une maison bâtie nécessite 1.8 emplois et avec une baisse de 12 000 maisons, 21 000 emplois sont perdus. 2019 devrait enregistrer des chiffres similaires.

 Maintenir le PTZ pour sauver les emplois et protéger les ménages modestes

La baisse des ventes des maisons individuelles n’est pas liée à une baise de la demande. Tout le monde rêve d’une maison confortable, spacieuse et bien localisée.

Cependant, les revenus des ménages surtout les plus modestes qui occupent les zones rurales ne les permettent pas de concrétiser un tel projet.

Pour soutenir les familles modestes qui vivent en centre-ville, le gouvernement les a accordés des aides pour la rénovation des logements anciens. Cependant, ce système ne puisse pas compenser le soutien financier aux candidats à l’achat d’une maison.

En effet, la rénovation d’un logement ancien s’avère le plus souvent plus cher que l’achat d’un bien neuf avec une performance énergétique plus élevée.

Les professionnels de la construction demandent une prolongation du prêt à taux zéro après la fin du 2019.

 

 

 

 

Back to Top