Actualités crédit immobilier

 

Le prêt à taux zéro pour les primo-accédants

Le 16/07/2018 par admin

 

Chute des prix de l’immobilier, baisse des taux d’intérêt, éclatement de la bulle immobilière… Quelle que soit la conjoncture du marché, l’achat d’une maison ou d’un appartement reste l’un des principaux objectifs dans la vie des Français, surtout des primo-accédants. Si vous êtes primo-accédant, vous pouvez bénéficier du Prêt à taux zéro (PTZ). S’adressant en priorité aux ménages à faible revenu, ce dispositif propose un crédit dont le montant varie selon les ressources de l’acquéreur. Cette aide a été recentrée selon les zones, dont certaines ont été exclues et d’autres ont eu une réduction de la prise en charge.

Le prêt à taux zéro pour les primo-accédants

Le prêt à taux zéro : caractéristiques

Devenir propriétaire de sa résidence principale implique un effort financier que tous les ménages ne peuvent pas assumer. Les primo accédants ont fort heureusement l’avantage d’intéresser les banques et de bénéficier des aides à l’accession de l’État et des collectivités locales. 

Le prêt à taux zéro est une aide consacrée par l’Etat aux ménages à revenus modestes et aux accédants à la propriété pour l’achat de leur résidence principale. C’est-à-dire ceux qui n’ont pas été propriétaire de leur résidence principale dans les deux années précédant l’émission de l’offre de prêt. Il existe plusieurs exceptions, notamment pour les titulaires d’une carte d’invalidité.

Le PTZ permet de financer l’achat d’un logement neuf (situé dans les zones géographiques A, Abis, B1 ou B2.) ou ancien avec travaux (en zone B2 ou C), à condition que le coût total des travaux de rénovation à réaliser soit au moins égal à 25% du montant total d’achat.

Le montant total de l’opération (achat, frais et travaux) ne doit pas dépasser un plafond, fixé entre 100.000 et 354.000 €, en fonction de la composition du foyer et de la zone géographique.

Le montant du PTZ est déterminé selon des paramètres

  • la localisation du bien
  • la composition du foyer
  • le budget global d’achat
  • le niveau des revenues

Réforme du Prêt à taux zéro

Le prêt à taux zéro crée pour booster l’accession à la propriété des ménages français est maintenue en 2018 et ce pour les 4 prochaines années.  Cependant, les critères de l’obtention de cette aide sont différents de ceux appliqués précédemment.

Durant les quatre prochaines années, le PTZ est désormais « mieux ciblé pour construire plus vite en zone tendue et soutenir la revitalisation dans les zones détendues » annonce le secrétaire d’Etat en charge du dossier logement, Julien Denormandie.

Pour l’acquisition d’un logement neuf, le PTZ est maintenu dans les zones A, A bis et B1 pendant un délai de quatre ans, soit jusqu’au 31/12/2021. Ce sont de grosses zones d’urbanisation où la demande de logement est plus forte que l’offre et dans lesquelles il est difficile de se loger. Les prix des logements dans ces villes sont élevés et le budget moyen nécessaire pour s’y installer est généralement plus important que dans les autres zones de France.

Par contre, il n’est plus possible de bénéficier d’un PTZ pour l’achat d’un logement ancien situé dans une grande ville (zone A et B1). Le PTZ reste accessible aux zones B2 et C jusqu’au 31/12/2021.

Prêt à taux zéro et revente

En cas de vente d’un logement financé en partie avec un prêt à taux zéro, l’emprunteur peut demander à sa banque le transfert de son PTZ initial pour l’achat de sa nouvelle habitation. C’est en fait, le capital restant dû sur le prêt 0% qui est transféré sur le financement de la nouvelle résidence principale.

La banque peut toutefois refuser la demande du transfert si les garanties proposées ne la satisfont pas. Dans ce cas, l’emprunteur doit procéder au remboursement du capital restant dû.

En conclusion, il faut toujours bien évaluer sa situation avant le dépôt de la demande d’un prêt à taux zéro.

 

 

 

 

Back to Top