Actualités crédit immobilier

 

Le marché immobilier ancien soutenu par la baisse des taux immobiliers

Le 18/10/2019 par admin

 

Les taux immobiliers ne cessent de dégringoler depuis les mois qui succèdent. Cette faiblesse a fortement soutenu la demande sur le marché de l’ancien. Un déséquilibre entre l’offre et la demande a fait augmenter les prix des logements anciens. D’après LPI-SeLoger, les prix ont progressé d’une manière significative au bout d’un an. Les prix des appartements ont augmenté de +3.8% pour atteindre 3 138 euros le mètre carré contre +4.4% pour le prix des maisons qui s’établit à 3 685 euros le mètre carré.

Le marché immobilier ancien soutenu par la baisse des taux immobiliers

Les conditions favorables du crédit encouragent les potentiels acquéreurs

Depuis quelques mois, les taux immobiliers suivent une tendance baissière. Ils ont même dépassé les records enregistrés en novembre 2016. Les banques proposent également des conditions d’octroi très assouplies. Cette tendance est à l’origine de la politique accommodante de la BCE. En effet, cette dernière garde son taux directeur au-dessous de zéro.

Les banques proposent des taux avantageux à tous les profils d’emprunteurs er appliquent des décotes supplémentaires pour les meilleurs. En addition, certains emprunteurs peuvent décrocher des crédits avec un faible apport personnel ou parfois même sans apport.

Les emprunteurs les plus modestes et les moins solvables comme les jeunes et les primo-accédants bénéficient de l’allongement de la durée d’emprunt. Cet avantage leurs permet de rembourser une mensualité peu importante.

Les futurs accédants à la propriété peuvent largement bénéficier de l’accompagnement d’un courtier immobilier. Cet expert servira tout au long du projet avec son expérience ses conseils et ses services indispensables.

Les conditions avantageuses permettent de booster la demande sur le marché de l’immobilier ancien créant même un fort déséquilibre entre l’offre et la demande.

Hausse du nombre des acquisitions

Selon un responsable au sein de LPI-SeLoger,

« Le nombre de transactions immobilières progresse d’environ +20 % par an en France métropolitaine, à l’exception de la région francilienne. La hausse excessive des prix et la pénurie de biens ont ralenti les ventes dans cette localité avec une croissance limitée à +5 % sur un an. »

Alors que les prix des logements anciens ont récemment augmenté, le nombre des transactions est en hausse constante.  Même s’ils ne profitent que d’une marge de négociation faible, le nombre des acheteurs se multiplie.

En effet, certains d’entre eux n’essayent même pas de négocier le prix du bien à acquérir surtout quand ils trouvent leur bien de rêve qu’ils financeront via un crédit à taux immobilier très bas. Cette tendance commence à se généraliser et atteint même les zones détendues.

 

 

 

 

Back to Top