Actualités crédit immobilier

 

Le marché de l’ancien reste toujours dynamique grâce à la baisse des taux immobiliers

Le 09/07/2019 par admin

 

Grâce à la baisse des taux immobiliers, le marché a enregistré un total de ventes de 985 000 transactions entre mars 2018 et mars 2019. C’est un chiffre record qui a été atteint malgré la hausse fulgurante des prix des biens anciens. Alors que le marché immobilier évolue à différents niveaux selon les régions, les Notaires de France ont noté un dynamisme global sur l’ensemble du territoire. Cependant, la région parisienne évolue  à sa propre vitesse.  Avec presque 10 000 euros pour le mètre carré et une baisse de l’offre, la région parisienne risque une perte en volume de ventes.

Le marché de l’ancien reste toujours dynamique grâce à la baisse des taux immobiliers

Une hausse des prix de 3% en une année

La majorité des professionnels ont tablé sur un éventuel ralentissement du marché immobilier. Ces prévisions sont encore loin d’être vraies. En effet, grâce à la baisse des taux immobiliers et aux conditions d’octroi de prêts très assouplies, le marché immobilier n’a jamais été aussi dynamique.

En dépit de la hausse des prix des logements de 3% entre 2018 et 2019, les potentiels acheteurs sont encouragés par ces conditions favorables à franchir le pas et à finaliser leurs projets.

Même avec 8% de dépenses supplémentaires qui s’additionnent au coût total du crédit, les emprunteurs n’hésitent pas à signer leur contrat de crédit. En effet, il faut noter que l’emprunteur doit s’acquitter des frais du notaire (droits de mutation, la rémunération du notaire et des débours).

Le crédit immobilier bon marché encourage de nombreux ménages à accéder à la propriété surtout es primo-accédants et les ménages les plus modestes qui peuvent profiter de conditions très favorables. En effet, les banques prêteuses favorisent ces profils et leurs proposent des offres très adaptés à leurs conditions financières.

Les prix de l’immobilier sont différents selon chaque région

Le volume des ventes des logements augmente toujours tous les printemps. Cette hausse contribue au maintien des prix à un niveau élevé. Que ce soit sur le marché du neuf ou ancien les grandes agglomérations enregistrent toujours les prix immobiliers les plus élevés.

L’écart des prix immobiliers est donc très important entre les grandes agglomérations (Paris, Bordeaux, Nice, etc…) et les villes moyennes (Saint-Etienne, Limoges, …).

Alors que les experts du secteur ont noté un petit changement dans les préférences des acheteurs qui se dirigent désormais vers les périphéries, les prix dans les grandes métropoles restent toujours très élevés puisque ces régions sont caractérisées par un fort pouvoir économique.

En somme, le marché immobilier est toujours vif et dynamique grâce aux taux immobiliers historiquement bas.

 

 

 

 

Back to Top