Actualités crédit immobilier

 

Le marché de l’ancien garde son dynamisme grâce aux taux immobiliers bas

Le 05/09/2019 par admin

 

Grâce au taux immobiliers bas, le marché de l’ancien continue une progression dynamique au cours des six premiers mois de cette année. La baisse continue des taux depuis les trois dernières années a conduit à l’enregistrement de nouveaux records en mars 2019. La demande est aussi forte dans les différentes régions de l’Hexagone dont certaines enregistrent une hausse des prix des logements. La fourchette des prix immobiliers varie selon la région.

Le marché de l’ancien garde son dynamisme grâce aux taux immobiliers bas

Hausse du volume des ventes dans l’ancien

A cours du premier semestre 2019, l’immobilier ancien a retrouvé un dynamisme très. En effet, un spécialiste du secteur a mené une étude qui révèle que, « le volume des ventes de biens immobiliers anciens a encore augmenté au cours de ce premier semestre ».

Vers fin juin 2019, les chiffres des ventes dans l’immobilier ancien ont enregistré une progression de +10.5%  par rapport à la même période en 2018. La principale raison de ce dynamisme du marché de l’ancien est la baisse des taux immobiliers et la facilité d’accès au crédit à l’habitat. Certaines banques proposent des conditions très favorables et assouplies.

En comparaison avec l’année précédente, le nombre des employés et des ouvriers qui ont fait des acquisitions dans l’ancien a augmenté de 2.5% pour atteindre 41% cette année.

Le dynamisme de l’immobilier ancien est principalement à l’origine des investissements en locatif. Les conditions d’octroi avantageuses et les taux incitent de nombreux français à investir dans la pierre.

En effet, le nombre des investisseurs dans l’ancien a considérablement augmenté ces dernières années et les achats ont progressé de +31.8% pour représenter 26.% de la totalité des ventes. 66% des achats dans l’ancien sont à titre de résidences principales.

Les prix sont disparates selon les régions

Pour un appartement le prix moyen du mètre carré s’élève à 3 528 euros contre 2 111 euros pour une maison. Cependant, il existe une forte disparité des prix entre les différentes régions du territoire.

En effet, au cours du premier trimestre 2019, le prix unitaire du mètre carré a atteint les 10 000 euros à la capitale avant de baisser à 9 937 euros pour le second trimestre.

Le prix moyen du mètre carré dans les Hauts-de-France est de 1 339 euros contre 3 483 pour la Provence-Alpes-Côte.

Les experts du secteur prévoient que,

« le nombre de transactions pour cette année frôlera le million de ventes. »

Depuis juin 2018 et jusqu’à la fin du juin 2019, le nombre des transactions a atteint 985 000 opérations et es professionnels estiment que le nombre des ventes atteindre les 990 000 unités vers la fin de 2019.

La baisse des prix dans les régions hors de l’Île-de-France et la baisse des taux immobiliers est à l’origine de cette hausse du nombre de transactions.

 

 

 

 

Back to Top