Actualités crédit immobilier

 

Le crédit immobilier est moins accessible aux travailleurs indépendants

Le 26/09/2018 par admin

 

Il faut croire que le statut d’indépendant est plus inconfortable que celui de salarié et ce constat ne vaut pas que pour la protection sociale. Ainsi, en matière de crédit immobilier, les banques se montrent plus exigeantes envers un travailleur non salarié. Si le demandeur n’est pas en CDI ou si l’apport personnel est limité, la tâche peut se révéler difficile. C’est malheureusement une rengaine bien connue des candidats à l’achat immobilier, ce qui pose le problème de l’accessibilité de l’achat immobilier pour les nouveaux entrants dans le marché du travail.

Le crédit immobilier est moins accessible aux travailleurs indépendants

Les contraintes pour les entrepreneurs et les chefs d’entreprises

L’analyse financière d’un dossier de crédit immobilier d’un travailleur indépendant (artisan, commerçant, chef d’entreprise, agriculteur, profession libérale)  porte – comme pour un salarié – sur les revenus professionnels, la bonne tenue des comptes bancaires, l’apport personnel et le taux d’endettement. La différence tient principalement au fait que l’activité salariée s’apprécie à partir des bulletins de paye et de l’avis d’imposition, ce qui ne nécessite aucune approche technique, alors que pour un travailleur non salarié, l’étude portera sur :

  • Les revenus générés par l’activité sur une période significative
  • La bonne santé de l’entreprise.

Pour que son dossier soit considéré comme « bon », mieux vaut qu’il travaille depuis au moins trois ans sans souci majeur et qu’il soit en mesure de présenter ses trois derniers bilans annuels.

Pour les personnes sans revenu, il ne faut pas le cacher, obtenir un crédit immobilier est complexe, mais pas impossible. Les banques peuvent accepter le dossier si un tiers se porte caution. Dans ce cas, ce dernier doit fournir toutes les garanties prouvant qu’il sera en mesure de rembourser les mensualités à la place du souscripteur.

Plus de difficultés pour les personnes en CDD

Pour les personnes qui sont en CDD tout dépend de leur employeur et de la durée de leur contrat. Par exemple, dans la fonction publique, les contractuels (qu’ils aient des contrats d’un an ou de trois ans) peuvent bénéficier du même traitement par les banques que les fonctionnaires titulaires. Dans ces circonstances, le fait d’être en CDD ne sera pas perçu comme un point négatif.

Dans le secteur privé, mieux vaut avoir un CDD de trois ans qu’un CDD d’un an. Pour les banques, cette durée de trois ans est rassurante et certifie de la perception de revenus stables pendant une période relativement longue.

Être en couple avec une personne en CDI est quasiment le seul moyen d’obtenir un crédit immobilier si vous n’êtes qu’en contrat à durée déterminée (CDD). Parmi  3,5% de clients en CDD ayant souscrit un prêt immobilier en 2016, la plupart se reposaient donc sur leur partenaire pour rassurer les banques sur leur capacité de remboursement à long terme.

La majorité des emprunteurs en CDD sont des jeunes. Donc ces derniers sont les moins fortunés à obtenir un crédit.

Si le fait de voir les banques accorder très peu de prêts à des particuliers en CDD n’est en soit pas si surprenant, cela peut devenir un réel problème au vu de l’état du marché du travail actuel. 86% des embauches se font actuellement en CDD, selon les statistiques de la Dares (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques), et seul 1 CDD sur 5 se transforme en CDI au bout d’un an, selon France Stratégie, ce qui place la majorité des entrants sur le marché du travail dans une situation trop précaire pour envisager la souscription d’un crédit immobilier.

 

 

 

 

Back to Top