Actualités crédit immobilier

 

Il est devenu difficile pour les plus modestes de souscrire un crédit immobilier

Le 28/08/2019 par admin

 

Les établissements bancaires classiques ne se montrent pas trop enthousiastes envers les ménages modestes qui souhaitent souscrire un crédit immobilier. Les familles et les personnes à revenus modestes trouvent une difficulté pour financer l’achat d’une maison individuelle. En addition, ces ménages ne bénéficient plus du support des établissements prêteurs alternatifs comme le Crédit Immobilier de France ou le Crédit Foncier de France qui ont disparu.

Il est devenu difficile pour les plus modestes de souscrire un crédit immobilier

Les organismes prêteurs spécialisés ont disparu

En 2012, le Crédit Immobilier de France, une institution bancaire française qui s’est spécialisée dans le financement des projets immobiliers, a arrêté son activité d’octroi de crédit immobilier aux particuliers. En 2019, le Crédit Foncier de France, un autre établissement du groupe BPCE a suivi le même pas.

L’activité du Crédit foncier de France a été transférée dans les autres banques du BPCE. En effet, ce dernier se compose d’une union des Caisses d’épargne et les Banques populaires.

Les banques classiques sont de plus en plus sollicitées

Alors que les établissements bancaires spécialisés dans le financement des projets d’accès à la propriété ont disparu, les futurs emprunteurs se tournent vers les banques classiques pour la souscription d’un crédit immobilier.

Or, selon les professionnels du secteur, les banques classiques sont peu efficaces quand il s’agit de la prise en charge des dossiers de demande de crédits à l’habitat.

Un expert d’une entreprise populaire de construction de maisons individuelles  a affirmé que les établissements bancaires classiques trouvent une difficulté à traiter les dossiers de prêts qui sont multiformes et différents d’un emprunteur à un autre.

La suppression des aides publiques (PTZ et APL accession) a surcompliqué la situation

Les familles à revenus modestes et les primo-accédants souffrent de plus en plus du fait de ne pas pouvoir financer leur projet d’achat via un crédit immobilier. En effet, présenter des revenus conséquents et l’une des exigences des banques pour un bon dossier emprunteur.

En addition, ces profils d’emprunteurs modestes ont été pénalisés par la suppression des aides publiques d’accession à la propriété. En effet, l’APL accession a été supprimé alors que le PTZ (prêt à taux zéro) a été recentré selon les zones d’acquisitions.

A titre de rappel, l’APL accession (aide personnalisée au logement) est une aide dont bénéficié les propriétaires des biens. De l’autre côté, le PTZ (Prêt à Taux zéro) est une aide qui permettait au bénéficiaire le financement d’une partie de son achat ou de la construction d’une résidence principale.

En conclusion, l’accès au crédit immobilier est devenu difficile pour les plus modestes.

 

 

 

 

Back to Top