Actualités crédit immobilier

 

Emprunt immobilier : les ménages se tournent vers l’ancien

Le 10/04/2019 par admin

 

Les montants des emprunts immobiliers ont enregistré une hausse en mois de février après leur chute en janvier. D’après un professionnel du marché, la majorité des emprunteurs est représentée par les primo-accédants qui profitent des conditions favorables de crédit pour faire l’achat de leur première résidence principale. Ces emprunteurs préfèrent faire des achats dans l’immobilier ancien que dans le neuf.

Emprunt immobilier : les ménages se tournent vers l’ancien

© Crédit photo

L’immobilier ancien est plus attirant pour les nouveaux accédants

En janvier 2019, les encours des nouveaux emprunts immobiliers ont enregistré une baisse. Un mois plus tard, la situation s’est inversée et les emprunteurs ont souscrits des prêts d’un coût moyen de 243 000 euros sur une durée moyenne de 16,5 ans. Les primo-accédants ont souscrit des crédits moins conséquents (208 000 euros) sur une durée plus allongée (plus de 20 ans).

Selon les chiffres d’un professionnel du marché, les primo-accédants ont représenté 60% de la totalité des emprunteurs en mois de février.

Parmi ces accédants pour la première fois à la propriété, 80% ont préféré de faire des achats dans l’immobilier ancien. C’est équivalent à une hausse de 4 points par rapport au début 2019.

Les logements neufs ne semblent plus séduire une majorité des nouveaux accédants à la propriété. En effet, ils ont enregistré une baisse pour atteindre 18% en février contre 27% un mois avant.

Cette tendance peut être expliquée par la baisse des aides publiques d’accession à la propriété. En effet, le recentrage du prêt à taux zéro a découragé de nombreux primo-accédants. Cette aide ne permet de financer que 20% du coût de l’acquisition dans le neuf dans les zones B2 et C jusqu’au 31 décembre 2019. Alors que, pour une acquisition dans le neuf dans les zones tendues (A, A bis et B1) ou dans l’ancien, le PTZ finance encore 40% du coût total de l’achat. Il faut noter que dans l’ancien, le PTZ n’est éligible que sous conditions de travaux.

Les taux bas soutiennent toujours la demande

Le prix d’achat d’un bien ancien en mois de février a augmenté à 4.98 années de revenus. C’est une hausse de 1.05 mois par rapport au mois de janvier. Les emprunteurs doivent aussi fournir plus d’effort financier pour pouvoir faire leurs acquisitions. Selon les chiffres du professionnel, l’effort financier a passé de 4.01 années de revenus en janvier à 5.19 années en février.

Malgré cette condition peu favorable, les souscripteurs d’emprunts immobiliers peuvent encore profiter des taux immobiliers très bas pour financer leurs achats. En effet, en mois de mars, les candidats à l’accession ont pu emprunter à des taux à 1,35 % sur 25 ans et à moins de 1 % sur 10 et 15 ans.

Les établissements de financements doivent garder des conditions d’octroi très attractives tant que la Banque Centrale Européenne garde un taux directeur bas. Donc, les ménages doivent continuer à bénéficier d’emprunts immobiliers bon marché.

 

 

 

 

Back to Top