Actualités crédit immobilier

 

Les crédits immobiliers à longues durée sont de retour

Le 27/04/2018 par admin

 

Les primo-accédant à la propriété sont de plus en plus nombreux à souscrire des crédits immobiliers. Or, et à cause de la suppression et les réformes de certains dispositifs d’aide à l’accession, leur pouvoir d’achat a considérablement baissé. Pour cette raison et pour favoriser aux primo-accédant de concrétiser leurs projets d’achat, plusieurs établissements bancaires accordent de nouveaux les prêts sur longue voire très longue durée, des prêts sur 30 et même 35 ans à des taux très avantageux.

Les crédits immobiliers à longues durée sont de retour

Hausse de la production des prêts longue durée

En ce mois de février, l’Observatoire du Crédit Logement affirme que la production des crédits immobiliers de longue durée a atteint 30%. Ces offres sont réservées plutôt aux primo-accédant qui profitent de cet allongement des durées pour emprunter davantage et acheter mieux et plus grand.

Les primo-accédant sont plus séduits par l’acquisition dans le neuf. En fait, selon une étude de YouGov/PAP, 1 français sur cinq préfère acheter un bien immobilier neuf, cette tendance attire 35% des primo-accédant. L’immobilier neuf est plus séduisant puisqu’il représente plus d’avantages de sécurité et d’efficacité énergétique, en plus il ne nécessite pas de travaux de réparation ou de renouvellement.

Donc, vu la grande volonté de primo-accédant à investir dans le marché immobilier et à cause de la hausse des prix qui grignote le pouvoir d’achat des Français, notamment celui des jeunes primo accédants, les établissements de financements ont rétabli les crédits de 25, 30 et même 35 ans.

Des offres de prêts sur 30 et 35 ans

Après un recentrage sur les prêts à durées inférieures à 25 ans ces trois dernières années, les banques acceptent à nouveau d’accorder des crédits immobiliers bien plus longs, l’une d’entre elles proposant même de prêter sur 35 ans !

Si les banques allongent ainsi leurs crédits, c’est avant tout pour redonner du souffle aux primo-accédants. De fait, les coups de rabot opérés en début d’année sur le PTZ, couplés à la disparition de l’APL accession – mécanisme qui permettait de faire basculer les allocations vers des mensualités de crédit – rognent le pouvoir d’achat des plus modestes.

L’allongement de la durée du prêt permet donc d’augmenter la capacité d’emprunt et/ou d’alléger les mensualités de l’emprunteur. Contrairement à une idée reçue et pourtant largement répandue, emprunter plus longtemps aujourd’hui ne revient pas forcément plus cher.

Les banques jouent sur la durée des prêts pour pouvoir mettre en œuvre leur stratégie commerciale qui consiste à attirer plus de jeunes primo-accédants (leur meilleure cible), dont la part a considérablement baissé ces deux derniers mois. Les prêts proposés à longue durée et à des conditions très avantageuses séduisent généralement les jeunes ménages à concrétiser les projets d’achat et à emprunter davantage. En fait,  les taux proposés pour ces prêts de durée allongée sont très attractifs, par exemple on peut actuellement emprunter à des taux compris entre 1,6 et 1,8 % sur 25 ans et à des taux compris entre 1,75 % et 2 % sur 30 ans, et même 2,55 % sur 35 ans.

Ces crédits sont aussi offerts pour certains actifs qui sont déjà propriétaires de leur résidence principale, mais qui veulent investir à nouveau sans qu’ils soient pénalisés par une mensualité très lourde.

Les emprunteurs font jouer la concurrence

Dans le cadre d’un déménagement ou pour l’achat d’une deuxième résidence, de plus en plus de français ont tendance à changer leurs organismes prêteurs afin de faire jouer la concurrence et emprunter à des conditions plus avantageuses.

En effet, l’étude ‘’Beyond the Bricks’’ réalisée par la banque britannique HSBC, révèle que plus de la moitié des propriétaires d’un bien immobilier se sont dirigés vers la concurrence et que 80% se sont informés sur cette démarche.

Changer l’établissement bancaire pour faire une deuxième acquisition, permet aux emprunteurs de bénéficier de conditions et de taux plus avantageux puisque les banques cherchent à séduire plus de clientèle.

En somme, la souscription d’un crédit immobilier est devenue plus avantageuses pour les primo-accédants.

 

 

 

 

 

 

 

Back to Top