Actualités crédit immobilier

 

Un crédit immobilier pour l’achat d’un bien, ou rester locataire

Le 14/01/2018 par admin

 

Faire le choix entre la souscription d’un crédit immobilier pour acquérir sa propre résidence ou la location, est l’éternel dilemme. Ce n’est pas aussi simple que beaucoup de gens peuvent le penser. Outre les facteurs financiers, plusieurs d’autres sont à prendre en compte.

Un achat immobilier, un projet de vie

Pour une grande partie de la population, devenir propriétaire constitue, par définition, un excellent investissement. En fait, plus d’un ménage sur deux (58%) est propriétaire de sa résidence principale, selon l’Insee. Le besoin de se sentir « chez soi ». Ce besoin d’enracinement, fondamental chez l’être humain, va au-delà de toutes les alternatives financières. Ce besoin repose aussi sur l’aspiration à la sécurité et au long terme. Un propriétaire peut toujours résilier le bail d’un locataire pour vendre le logement ou le récupérer pour lui-même ou un proche.

De plus, dans certaines régions, plutôt rurales, l’offre locative est réduite : on ne trouve pas facilement de grands appartements à louer et encore moins des maisons. L’achat est alors pratiquement la seule solution si l’on veut trouver rapidement un toit.

Les enjeux financiers de ce choix sont de taille. Pour devenir propriétaire, l’acquéreur doit : avancer une somme d’argent importante, même si, pour un achat à crédit immobilier, l’apport personnel peut se limiter aux frais de notaires, soit environ 10 % du coût d’acquisition du bien.

Ainsi, les frais d’acquisition (12300 euros, pour un achat de 150000 euros par exemple, soit 8,2%) et les éventuels frais d’agence (honoraires négociés qui varient entre 5 et 10%) sont assez élevés et payables immédiatement. La taxe foncière – qui peut être très lourde dans certaines villes – est récurrente, tout comme le sont les charges non locatives, les honoraires du syndic par exemple, ou les dépenses liés au crédit immobilier, à savoir le taux d’intérêt qui rémunère la banque, les assurances décès, invalidité, chômage, les garanties prises par la banque… Enfin s’ajoutent les inévitables travaux de réparation et d’entretien, courants ou plus exceptionnels, mais tous indispensables pour entretenir le patrimoine. Donc, devenir propriétaire, c’est aussi faire face à de nouvelles dépenses.

En contrepartie, un propriétaire peut espérer une plus-value lors de la revente du logement, vue la tendance haussière des prix des logements. Surtout si l’acquisition est faite dans la période où les taux sont bas.

Louer pour faire des économies

L’opposition entre un locataire qui paye à fonds perdus sans s’enrichir nullement et un accédant à la propriété qui constitue peu à peu son capital immobilier par le remboursement mensuel du montant des échéances du crédit immobilier, est fausse.

Être locataire c’est une certaine idée de la liberté. En effet, l’avantage de la location est sans doute la « souplesse ». Il suffit de respecter le préavis de location de trois mois, voire d’un mois en cas de mutation ou de licenciement (ou si le logement est tout simplement situé en zone tendue), pour quitter son logement et en prendre un autre.

La location présente d’autres avantages. Inutile, par exemple, de payer un syndic ou de faire le tour des artisans pour faire des travaux. Si par exemple votre chaudière tombe en panne, un coup de fil au propriétaire suffit. Pas besoin de chercher un artisan pour venir réparer et pas de facture également.

En addition, le loyer mensuel d’un logement est généralement inférieur à l’échéance de remboursement d’un prêt. Les économies réalisées peuvent être placé sur une assurance vie ou dans un PEA.

En conclusion, la location n’est pas aussi désavantageuse qu’on ne l’imagine. Et la propriété n’obéit pas forcément à des critères financiers : on peut tout simplement avoir envie d’être bien chez soi! Un crédit immobilier pour l’acquisition d’un bien, reste cependant la solution idéale sur le long terme: dites-vous que vous n’aurez pas de loyer à payer toute votre vie! Et avec l’allongement de l’espérance de vie, ce paramètre n’est pas à négliger.

 

 

 

 

 

Back to Top