Actualités crédit immobilier

 

Crédit immobilier : les conditions sont propices pour investir

Le 23/07/2017 par 2LCourtage

 

Les dispositions actuelles du marché du crédit immobilier demeurent favorables aussi bien pour l’acquisition de logements particuliers que pour l’investissement locatif. Le taux moyen se stabilise malgré une infime remontée en juin dernier.

Les taux de crédit immobilier sont à un niveau attractif.

© Crédit photo : Pixabay

Les taux de crédit immobilier relativement bas     

Pour les candidats acquéreurs, les conditions à réunir pour investir dans la pierre sont propices pour concrétiser leur projet. Après une légère remontée des taux, début 2017, les taux immobiliers demeurent encore relativement bas, toutes durées de crédit confondues. Certes, un certain déséquilibre s’affiche entre les différentes régions et villes. Néanmoins, il n’est pas encore trop tard pour investir dans l’immobilier.

Il faut en effet noter qu’il est possible de constater des différences importantes d’une banque à l’autre. Les taux appliqués dépendent des stratégies propres à chaque établissement. Certains établissements bancaires vont même jusqu’à séduire une nouvelle clientèle – en privilégiant les primo-accédants – via des baisses tarifaires ciblées. Dans tous les cas, l’emprunteur profite encore des meilleurs taux en matière d’emprunt immobilier.

Taux moyen en dessous de la barre des 1,60 %

En se référant aux données des analystes du marché du crédit immobilier, les taux accordés aux ménages français s’établissent aujourd’hui en moyenne en dessous de la barre de 1,60 %. Pour toutes durées de prêt confondues, le taux moyen enregistré s’est établi à 1,57 % en juin dernier, contre un taux moyen de 1,56 % en mai. Une hausse est donc bien avérée. Malgré cette remontée mesurée, les taux restent à un niveau encourageant pour la réalisation de projets d’achat.

Hors assurance, le taux moyen sur 15 ans s’établit à 1,41 %. Sur 20 ans, le taux d’emprunt est stable à 1,60 %. Il s’agit d’ailleurs des durées de prêt les plus prisées des emprunteurs, notamment les ménages modestes ou disposant de peu d’apport. Par ailleurs, le taux sur 25 ans affiche une légère baisse pour se poser à 1,88 %.

Une hausse au ralenti

Avec des taux moyens de 1,56 % et 1,55 % en mai et avril derniers, le constat est tel qu’une tendance haussière a été amorcée au niveau des taux immobiliers. Début juillet, c’est une progression au ralenti qui est enregistrée sur le marché du prêt immobilier. En effet, cette hausse n’est pas généralisée. Encore mieux, le taux de progression n’est pas très élevé.

En d’autres termes, le contexte est plus qu’encourageant pour les particuliers souhaitant investir dans l’immobilier. Il faut savoir que face à une forte demande, les prix immobiliers ont grimpé, principalement dans les grandes villes de l’Hexagone. Cette hausse des prix tend à pénaliser les primo-accédants, une clientèle pourtant très recherchée par les établissements bancaires. Un argument de taille faisant en sorte que les taux se stabilisent.

Mouvement de stabilité : une tendance qui devrait durer

Pour les banques, il est primordial de séduire les clients par des taux attractifs. Dans le courant de l’été, les analystes du secteur anticipent de ce fait un mouvement de stabilité. Quelques hausses ici ou là sont toutefois à prévoir, surtout auprès des banques confrontées à une trop forte demande. Deux scénarios sont à attendre ces prochaines semaines.

D’une part, les taux d’emprunt immobilier peuvent se maintenir à leur niveau actuel. D’autre part, ils peuvent légèrement progresser. Dans les deux cas, le mouvement des taux n’a rien de pénalisant pour l’emprunteur qui profite encore de conditions relativement attractives pour souscrire un crédit immobilier. Les évolutions attendues pour la rentrée reposent sur plusieurs facteurs pouvant tirer les taux vers le haut comme vers le bas. Les banques attendent par exemple le mouvement de l’OAT avant d’ajuster leurs taux.

 

 

 

 

Back to Top