Actualités crédit immobilier

 

Un courtier crédit immobilier pour un rachat de prêt aux meilleures conditions

Le 23/11/2017 par 2LCourtage

 

Avec l’accumulation des crédits, les mensualités commencent largement à peser lourd sur les finances. Dans ces cas, la seule issue est de retrouver un niveau d’endettement équilibré. Le rachat de crédit s’avère être une alternative intéressante dans une telle situation. Dans cette démarche, se faire accompagner d’un courtier crédit immobilier s’avère judicieux.

Un courtier crédit immobilier pour faciliter le rachat de prêt

© Crédit photo : Pixnio

Rachat de crédit et endettement de l’emprunteur

Le rachat de crédit est souvent présenté par les banques et établissements de crédit, comme étant la meilleure solution pour sortir d’un endettement. Une part de vérité, certes, car le rachat de crédit consiste à fusionner plusieurs prêts en cours en un seul emprunt.  L’emprunteur n’aura plus qu’à payer une seule mensualité pour tous ses emprunts.

L’emprunteur peut ainsi alléger le poids des mensualités de ses prêts et retrouver une certaine stabilité de sa situation financière. A noter toutefois que le rachat de crédit engage une durée de prêt plus longue et un coût plus élevé. Il convient ainsi de prendre en compte plusieurs paramètres avant de se lancer dans un rachat de crédit. C’est dans ce contexte que le recours aux services d’un courtier crédit immobilier s’avère toujours très avantageux.

Rachat de crédit et surcoût

Le rachat de crédit est en effet une opération à double tranchant, une décision à prendre avec minutie. Il permet certes d’alléger le coût des mensualités de plusieurs emprunts, mais le montant du nouveau prêt sera plus élevé. Par ailleurs, afin de réduire le montant des remboursements mensuels, la durée du nouveau prêt sera également prolongée.  Si le rachat permet à certains de sortir de leur situation d’endettement, d’autres s’endettent davantage.

Dans ce sens, il est plus qu’important de se pencher minutieusement sur les coûts engendrés par le rachat de crédit. Même avec un nouvel emprunt au meilleur taux, procéder à une simulation au préalable est de rigueur. Il est aussi possible de se rapprocher d’un courtier crédit immobilier ou s’adresser directement à sa banque. Le surcoût du rachat peut entraîner un endettement plus important par rapport à la situation initiale de l’emprunteur.

Solvabilité et niveau d’endettement

Pour éviter de s’endetter davantage après un rachat de crédit, il est important d’évaluer le niveau d’endettement avant et après le rachat. Depuis le 1er janvier 2013, les banques et établissements de crédit sont d’ailleurs contraints de renseigner les emprunteurs sur les conditions de rachat.

Avec ce document, chaque consommateur qui désire conclure un rachat peut comparer à l’avance le montant des prêts en cours à celui après regroupement. Avec ces informations, l’emprunteur prend connaissance des conséquences que peut impliquer le rachat de crédit. Plusieurs éléments doivent ainsi être pris en compte, à savoir :

  • Indemnités de remboursements anticipés,
  • Perte de bénéfice de l’assurance emprunteur,
  • Calendrier de paiement…

Faire appel à un courtier crédit immobilier

Professionnel du rachat de prêt, un courtier crédit immobilier demeure un interlocuteur de choix pour réussir une telle opération complexe. Son rôle est d’informer et d’orienter l’emprunteur pour un rachat dans les meilleures conditions. Il veille notamment à ce que le rachat puisse être réellement profitable à l’emprunteur. Le courtier crédit immobilier assure aussi les négociations nécessaires auprès de la banque pour un rachat.

Comme pour une demande de prêt classique, la banque va porter son attention sur différents éléments avant d’accorder ou non un rachat.

  • La situation professionnelle : qui doit véhiculer une image de stabilité, surtout financière. La banque demandera vos trois derniers bulletins de paies, et il ne faut pas non plus oublier l’importance d’un contrat en CDI.
  • La capacité de remboursement est aussi importante dans le cas d’un rachat de crédit. Un taux d’endettement excessif n’est pas pénalisant, mais ne doit pas dépasser les 33 % des revenus de l’emprunteur en principe.

 

 

 

 

Back to Top