Actualités crédit immobilier

 

Baisse du nombre de prêts à taux zéro accordés en zones B2 et C en 2018

Le 23/05/2019 par admin

 

Suite au recentrage du prêt à taux zéro l’année dernière, le nombre des demandes de financement dans le cadre d’un PTZ ont baissé de -28 000 demandes en 2018, dans les zones détendues (B2 et C). Sur l’ensemble du territoire, les demandes du PTZ ont globalement baissé, mais, dans les zones tendues (A, A bis et B1) la demande était forte. Cette tendance ne fait qu’augmenter davantage les prix des logements dans les plus grandes villes Françaises.

Les primo-accédants, pénalisés par la réforme du PTZ

Au cours du premier trimestre 2019, seulement 20% des dossiers de demandes de prêt à taux zéro déposés par des primo-accédants, ont été abouties. Selon un expert en crédit immobilier, c’est une baisse de 40% par rapport aux demandes abouties pendant la même période l’année dernière.

Le PTZ va être encore supprimé dans le neuf dans les zones détendues (B et C) en 2020. Donc, le nombre des demandes peut baisser davantage.

Pour ceux qui veulent bénéficier du PTZ avant sa suppression en 2020, ils doivent donc déposer leurs demandes à la limite, au début du dernier trimestre 2019 pour que leurs dossier soient traiter avant l’échéance.

Les primo-accédants sont les premiers à être pénalisés par cette réforme du PTZ et certains d’entre eux peuvent même renoncer leurs projets d’achats à cause de leurs faibles revenus.

En addition, après la suppression de l’APL, l’accession à la propriété pour les primo-accédants devient une opération presque impossible. En effet, ces ménages comptent sur les aides publiques mises en place par le gouvernement pour financer leurs achats de résidence principale, et avec la suppression de ces aides, leur rêve disparaitra.

La construction individuelle, aussi pénalisée par la réforme du PTZ

Suite au recentrage du prêt à taux zéro, le marché e la construction individuelle a été considérablement touché. Les ventes ont dégringolé. En effet, elles ont enregistré une baisse de -11% l’année dernière avec 119.700 transactions. Soit 15.000 ventes en moins par rapport à 2017 (chiffres LCA/Fédération Française du Bâtiment).

Les professionnels en construction demandent un retour d’un PTZ « plus adapté » dans le neuf pour les zones B2 et C. Sinon, le marché de la construction des maisons individuelles pourrait disparaitre d’ici à 2020.

Alors que les taux de crédits sont à des niveaux historiquement bas et les conditions d’octroi sont très assouplies, les ménages modestes et les primo-accédants sont peu enthousiastes à propos l’acquisition des maisons neuves dans les zones B2 et C suite au recentrage du prêt à taux zéro dans ces régions.

 

 

 

 

Back to Top