Actualités crédit immobilier

 

Renégocier son crédit immobilier pour profiter des conditions favorables

Le 08/06/2018 par admin

 

Souscrire un crédit immobilier pour concrétiser son projet d’achat immobilier. Une idée tentante pour de nombreux ménages au vu des taux d’intérêt historiquement bas. La France se distingue d’ailleurs par des taux particulièrement bas par rapport aux autres pays européens et un montant global de crédit élevé. Le coût du crédit est assez important vu la flambée des prix de l’immobilier, surtout dans les grandes villes. En plus, la baisse des taux immobiliers, viendra à sa fin et une remontée modérée aura place pour les mois à venir. Donc pour ceux qui ont intérêt à renégocier leurs prêts, le moment est très propice.

Renégocier son crédit immobilier pour profiter des conditions favorables

Conditions attractives

Depuis la fin de l’été 2017, les taux d’intérêt baissent de manière progressive, de l’ordre d’un point de base chaque mois, note l’Observatoire Crédit Logement / CSA.  Ces nouvelles baisses s’expliquent principalement par la concurrence toujours très vive entre les établissements de crédit. Ces derniers affichent des décotes importantes selon les profils des clients. En fait, en moyenne, on peut emprunter aujourd’hui à 1,41 % sur 15 ans, 1,63 % sur 20 ans et 1,83 % sur 25 ans. Alors que,  les très bons dossiers parviennent à décrocher un taux moyen brut de 1,50 ou 1,40 % sur 20 ans.

Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, ‘’ cette tendance à la baisse est directement liée à l’évolution des taux directeurs de la BCE, dont les banques se servent pour fixer leurs propres barèmes et à l’abondance de liquidités.’’

Afin d’atteindre leurs objectifs commerciaux, les établissements de financements sont en très forte concurrence, et offrent des conditions de crédit immobilier très attractives. Cette politique a pour but aussi d’améliorer la capacité d’emprunt des ménages, pour faire face à l’augmentation des prix et aux réformes des aides d’accès au logement (Suppression de l’APL accession et recentrage du PTZ) qui ont affecté la solvabilité des ménages les plus modestes.

Des crédits allongés

La baisse des taux d’intérêts des crédits immobiliers n’arrive pas à compenser la hausse des prix. Certains emprunteurs et surtout les plus modestes et les primo-accédants ont perdu leur pouvoir d’achat face à cette flambée de prix. Pour cette raison, et puisque les primo-accédants occupent un part important dans le marché du crédit, de nombreux établissements bancaires ont trouvé la solution pour ces emprunteurs dans l’allongement de la durée du prêt sur 30 et même 35ans.

L’Observatoire Crédit Logement/CSA affirme que ‘’ Avec l’allongement des durées, la plupart des établissements de crédit ont ainsi amélioré les conditions des prêts face à une demande qui s’affaiblit depuis une année et afin de limiter l’impact notamment de la dégradation des soutiens publics à la primo accession à la propriété.’’

Donc, cette évolution n’est pas due à un assouplissement des conditions d’octroi des crédits, mais à la composition de la clientèle, les emprunteurs étant de plus en plus jeunes. En 2017, 600 000 transactions ont été effectuées par les primo-accédants.

Renégocier son crédit

En vue des conditions de crédit immobilier très favorables, les emprunteurs ayant souscrit leurs prêts depuis un certain temps, peuvent profiter d’une renégociation de crédit. En fait un professionnel du secteur affirme que ‘’ les emprunteurs ayant souscrit leur emprunt avant 2016 ont intérêt à faire réviser leur contrat pour réaliser des économies supérieures à 10 000 euros, et jusqu’à 15 000 euros.’’

Les acquéreurs ont tout intérêt à en profiter car une remontée lente et progressive des taux pourrait être observée à l’horizon 2020. L’évolution de l’inflation sera déterminante. L’Observatoire Crédit Logement / CSA précise qu’elle devrait se situer entre 1,3 et 1,6 % en 2018 pour accélérer en 2020, autour de 1,8 %. Les taux des crédits immobiliers devraient terminer l’année entre 1,65 et 1,70 % maximum, ajoute-t-il.

Pour rappel, depuis l’introduction du principe de résiliation annuelle le 1er janvier 2018, il est aussi possible de renégocier son assurance emprunteur à chaque date anniversaire du contrat, cette dernière pouvant représenter jusqu’à 50 % du coût total du crédit immobilier.

 

 

 

 

 

 

 

Back to Top